Mis en avant

LE POURQUOI DU COMMENT

« Soyez insatiables. Soyez fous »

— Steve Jobs
Steve Jobs : Discours lors de la remise des diplômes à Stanford / Source : Youtube

Je vais vous partager dans ce blog des méthodes et outils qui existent en terme de pédagogie et de didactique ainsi que mes constats en tant que professeur.

J’enseigne la Gestion, l’Economie et le Droit depuis désormais 5 ans, professeur principal des premières pro Gestion Administration depuis 3 ans et en cours de titularisation.

Initialement, le métier de professeur ne m’était pas destiné mais entre deux missions on m’a proposé un remplacement et… J’ai trouvé ma vocation !

Partager le savoir, transmettre ses connaissances sans oublier la valeur ajoutée humaine qu’offre ce beau métier. Ces dernières années, j’ai pu observer l’épanouissement, la maturité, l’évolution et les réussites de mes apprenants et j’en ai tiré une grande satisfaction…

Cette envie de bien faire et d’accompagner m’ont fait me poser des questions sur nos apprenants, nos méthodes, l’enseignement dit traditionnel et les enseignements innovants.

J’ai regardé mes apprenants, noté ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas. J’ai quitté mon costume de prof pour me demander à chaque fin de séance « si j’étais élève, est-ce que cette séance m’aurait plu ? ». J’ai potassé les référentiels, la réforme, ayant eu mon concours l’année dernière, j’en ai profité pour apprendre tout le vocabulaire du prof parfait mais mon souhait secret est de devenir un prof 2.0, un prof du FUTUR.

Les constats que j’apporte humblement aujourd’hui sont les suivants (ils peuvent largement évoluer, disparaître, apparaître et je précise que je n’ai que peu de sources externes pour avancer mes dires) :

Il faut placer le jeune au centre de la classe, pourquoi le prof y est-il installé depuis Socrate ainsi que son élève Platon et l’élève de son élève Aristote ? On commence seulement à se poser cette question, il a fallu attendre 2400 ans, quand même !

Les apprenants aujourd’hui sont multitâche, pourquoi les obliger à lire, puis écrire, puis faire un exercice, puis faire une évaluation tout ceci en attendant les moins rapides, si ce n’est pas brider nos apprenants, je ne sais pas ce que c’est… Donnons leur des objectifs, coachons les pour les atteindre à leur rythme, proposons leur du tutorat, des travaux de groupe, des missions différentes en fonction des profils. C’est plus corporate et beaucoup plus enrichissant !

Ils désirent des activités fun, pouvoir exprimer leur créativité à l’image des serious games qui font fureur depuis quelques années dans les entreprises ? Le fun ce n’est pas un manuel écrit par d’autre, c’est la vie, le réel, donner du sens et de la matière. Utiliser le cerveau gauche (raisonnement/logique), bien évidemment mais n’oublions pas le cerveau droit (émotionnel/créativité), rappelons que nous parlons d’êtres humains, on a besoin d’épanouissement autant que de maturité !

En perpétuelle compétition sur les réseaux sociaux, pourquoi chercher à l’éviter, plus de notes maintenant on parle de mettre de jolies couleurs pour les brosser dans le sens du poil. Ils sont forts, comme les générations précédentes, utilisons cette force, cet esprit de compétition en la transformant en compétition saine afin qu’ils se surpassent et nous montrent de quoi ils sont capables.

Hyper connectés, on veut les menotter à grand coup de règlement intérieur, vivons avec notre temps, utilisons la puissance de ces outils ! Avec les smartphones et internet nous n’avons jamais eu autant d’information à portée de main et nous souhaitons leur mettre des œillères. C’est à nous d’ouvrir les yeux, ils ouvriront leur esprit !

Partant de ce postulat, je me suis dis la chose suivante :

Je vais prendre une grande marmite, y mettre ces constats, les référentiels, les réformes, le vocabulaire du prof parfait, la classe inversée, renversée, traditionnelle, mélanger et laisser mijoter…

DÉMARCHE PROJET AGILE : CADRE SCRUM

Le cadre SCRUM qui signifie « mêlée » est une des « méthodes » agiles de gestion de projet créee par Hirotaka Takeuchi et Ikujiro Nonaka en 1986 qui fait partie du Manifeste agile de 2001.

Ce cadre de travail (framework) était initialement prévu pour la gestion et le développement de produit mais peut être utilisé pour tout livrable identifié.

Les trois axes principaux peuvent être corrélés avec les trois groupes distincs de ce cadre :

La visibilité : le « product owner » (donneur d’ordre en interne) doit rendre visible les livrables attendus de l’équipe de développement et s’assurer que les résultats obtenus sont conformes aux attentes initiales.

L’efficacité : l’équipe de développement doit être pluridisciplinaire assez petite pour être réactive et assez grande pour faire les attendus des sprints (période de travail à court terme).

La flexibilité : le manager SCRUM est un « leader serviteur », il doit s’assurer que les objectifs sont assimilés par l’équipement de développement, l’accompagner et suivre la valeur créée par cette dernière.

Ce cadre offre les avantages suivants :

Motivation de l’équipe : les missions se renouvellent et les livrables sont à court terme, pas de lassitude.

Limiter les retards et les risques : prévoir à court terme cadre mieux les attendus et limite les risques.

Permet des actions correctrices immédiates et coordonnées : dès qu’une faille est constatée, une réunion va permettre aux différents acteurs d’en discuter, de la corriger et de continuer le sprint en cours.

Vous pouvez télécharger le guide SCRUM pour vous aider à sa mise en place et avoir plus de précision sur le sujet.

Source : https://blog.openclassrooms.com/blog/2019/06/28/quest-ce-que-la-demarche-scrum/

L’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE ET LES SOFT SKILLS

John D. Mayer et Peter Salovey (universitaires américains) définissent en 1990 l’intelligence émotionnelle et ses apports dans les relations humaines.

Elle peut s’apparenter à la capacité à identifier et comprendre les émotions qui nous habitent.

Goleman (psychologue américain) propose le schéma ci-dessous comme outil de lecture de l’intelligence émotionnelle adapté à la vie en entreprise :

Source : https://www.intemotionnelle.com/quest-ce-que-lintelligence-emotionnelle/

Conscience de soi

Connaître ses propres émotions, savoir comment nous fonctionnons, ce qui nous fait réagir de façon positive et négative.

Maîtrise de soi

Après avoir identifié ses émotions, savoir les maîtriser, les tempérer en fonction des situations (ne pas réagir à chaud par exemple).

Motivation

Utiliser ses émotions pour se motiver (la méthode Coué en est un bon exemple, en utilisant le principe d’autosuggestion)

Empathie

Analyser les émotions des autres, savoir se mettre à leur place et les accompagner au mieux.

Aptitudes sociales

Sommes des comportements utilisés en société, on peut parler des normes sociales, de la capacité de l’individu à évoluer dans un environnement, d’échanger de façon verbale et non verbale avec les autres.

Vous désirez en apprendre plus sur l’intelligence émotionnelle ? CLIQUER ICI

D’autres soft skills (compétences douces) peuvent être utiles aujourd’hui aux apprenant, aux professeurs, dans le monde professionnel et dans le vie de tous les jours.

Voici une liste des soft skills les plus demandés (en 2019) par les entreprises d’après le rapport de « future of work » de World Economic Forum :

Source : https://www.cadremploi.fr/editorial/conseils/conseils-candidature/entretien-embauche/detail/article/soft-skills-quelles-sont-celles-que-les-entreprises-s-arrachent.html

Pour en savoir plus sur les soft skills, CLIQUER ICI

COMMENT FIXER DES OBJECTIFS « SMART » ?

Méthode utilisée par George T Doran pour la première fois grâce aux travaux de Peter F. Drucker (concept de management par objectif).

Très utile pour concevoir les scénarii et séquences (objectifs intermédiaires et final).

Pour en savoir plus sur la fixation des objectifs, CLIQUER ICI

EVALUER L’ACQUISITION DES COMPÉTENCES SELON LES DREYFUS

Selon Stuart et Hubert Dreyfus (réactualisé par Patricia Banner), il est intéressant de développer les compétences de façon spiralaire afin de rendre un novice, débutant, puis compétant, etc.

Vous voulez en savoir plus sur l’évaluation de l’acquisition des compétences, CLIQUER ICI

AMÉLIORATION CONTINUE : ROUE DE DEMING

La roue de Deming permet de planifier, faire, vérifier et réagir.

Pour une amélioration continue il suffit de reproduire le schéma ci-dessous. Cela peut être efficace pour une démarche projet, une co-intervention ou pourquoi pas un chef d’œuvre ?

Envie de plus de précisions ? CLIQUER ICI

COMMENT RENDRE UN APPRENANT COMPÉTANT ?

Henri Boudreault (enseignant chercheur québécois) définit ce qu’est une compétence et nous montre ci-dessous comment rendre nos apprenants compétents en liant savoir, savoir faire et savoir être.

Envie d’en voir plus sur son site didapro.me sur la didactique ? CLIQUER ICI

LES DIFFÉRENTES EVALUATIONS

Évaluation diagnostique : en début de séance ou en commençant une nouvelle notion, compétence, activité. Cette évaluation permet d’établir un diagnostique des connaissances, des pré-acquis, des pré-requis pour continuer avec des bases communes.

Évaluation formative : permet de s’assurer que les apprenants ont compris la notion, compétence, activité. Cela peut se traduire par une simple question, une réunion, une discussion, une correction au tableau…

Évaluation sommative : le but est de constater le niveau et la maîtrise d’une notion, compétence, activité. Cette évaluation se traduira par une note, une couleur mettant en exergue le degré de compréhension, de réalisation, de réussite.

Évaluation certificative : pour l’obtention d’un certificat, brevet, baccalauréat. Cette évaluation peut être sous forme de CCF (contrôle en cours de formation), passeport professionnel (en baccalauréat professionnel par exemple) sans oublier les épreuves ponctuelles.

Auto-évaluation : l’élève s’évalue lui même sur son travail, son comportement.

Exemple d’auto-évaluation :

https://docs.google.com/forms/d/11M0eWJByyANIasmPjX4owcWKhdkG3w_qiEISaR5eVBc/prefill

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer